Vous êtes ici

Collection 2018...
Les dernières acquisitions patrimoniales

plan-projet-hotel-de-ville-1860.jpg

Hôtel-de-Ville de Roanne, Plan du 1er étage

J. MILLOU 

Encre de Chine et lavis d'encre grise - 47 X 60 cm - circa 1860


À l'occasion du concours architectural organisé par la Ville de Roanne en vue de l'édification d'un nouvel Hôtel-de-Ville, de nombreux architectes déposent des projets. Le secteur Patrimoine garde trace de plusieurs de ces esquisses. 

En janvier, la Médiathèque s'est portée acquéreur d'un autre de ces plans qui vient compléter avantageusement la mémoire de la construction de cette maison commune, telle qu'elle a été pensée, imaginée, rêvée. 

Le projet de J. Millou présente des similitudes avec la réalisation de Corroyer, témoignage d'une commande relativement bien arrêtée. L'œil intéressé notera la coexistence au même étage de la grande salle du Conseil, de la salle d'agriculture, de la bibliothèque, du musée et... de la Caisse d'Épargne.


vue-de-roanne-1650.jpg

Vue de Roanne 

Gravure sur cuivre aquarellée - 22 X 40 cm - circa 1650


Quelle était la physionomie la ville de Roanne au XVIIème siècle ? Bien évidemment, aucune source photographique ne peut en donner un aperçu. Les témoignages iconographiques sont guère plus éloquents. La Médiathèque possédait à ce jour une estampe produite par deux artistes, de Lincler et Perelle, qui représente Roanne depuis la rive droite de la Loire. 

La gravure acquise en février 2018 a l'avantage de nous en livrer, depuis le même point de vue, une version en polychromie avec quelques différences. Saurez-vous trouver lesquelles ? 


Collection de pièces relatives à la fondation faite par le testament de Dame Françoise-Éléonore de Montchanin-Marzac

A Paris, de l'imprimerie de la Veuve Thiboust : 1786


En mai dernier, les collections patrimoniales se sont trouvées enrichies d'un texte rare, intéressant l'histoire locale. Il s'agit d'un recueil de pièces faisant état de l'établissement d'une fondation charitable établie en faveur de nécessiteux de diverses paroisses du Forez. Ces paroisses ne furent pas choisies au hasard : elles faisaient partie de l'héritage paternel de Françoise-Éléonore de Montchanin-Marzac, qui est à l'origine de cette fondation.

Issue d'une ancienne famille de la région de Montbrison, cette dernière avait épousé en 1729 Claude de Saint-Georges, marquis de Saint-André-en-Forez (aujourd'hui Saint-André d'Apchon), capitaine au régiment du Roi. En donnant des directives pour l'établissement d'une fondation en direction des indigents, la marquise de Saint-Georges ne faisait que se conformer à une tradition assignée par son rang : celui de se préoccuper de la pauvreté et de la soulager au moyen d'actes charitables.